ORFEO JE SUIS MORT EN ARCADIE

image bd1ec97830189b93d241435e147f4923d9134bd4.jpg
Jean Louis Fernandez

 
Saison : saison 2017-2018
Catégorie : Théâtre musique
Metteur en scène : Samuel Achache et Jeanne Candel
Auteur : Monteverdi
Durée : 2 h 20
D’après L’Orfeo de Claudio Monteverdi et Alessandro Striggio
Mise en scène Samuel Achache et Jeanne Candel
Une composition théâtrale et musicale écrite et arrangée par La vie brève
Arrangements musicaux collectifs sous la direction de Florent Hubert
Avec Matthieu Bloch, Anne-Emmanuelle Davy, Vladislav Galard, Anne-Lise Heimburger, Florent Hubert, Clément Janinet, Olivier Laisney, Léo-Antonin Lutinier, Thibault Perriard, Jan Peters, Marion Sicre, Marie-Bénédicte Souquet et Lawrence Williams
Scénographie Lisa Navarro/Accessoires François Gauthier-Lafaye
Lumières Jérémie Papin/ Costumes Pauline Kieffer assistée de Camille Pénager
Masque Loïc Nébréda/ Chef de chant Nicolas Chesneau

Production C.I.C.T. - Théâtre des Bouffes du Nord ; la vie brève
Orphée perd son Eurydice deux fois, gagne un aller-retour aux Enfers et Monteverdi invente l’opéra. Audacieux d’inventions, L’Orfeo est représenté le 24 février 1607, jour d’ouverture de Carnaval, entre Renaissance et Baroque, chez Vincent 1er, à Mantoue.
Ici, ce n’est pas tout l’opéra mais à la fois une digression sensible et drôle, une quintessence émouvante, un « déplacement ». Directions surprises, transports amoureux, déraillements, harmonie sonore et des sphères, ils sont tellement ensemble que c’est céleste.

Après Le Crocodile trompeur d’après Didon et Énée de Purcell, Samuel Achache, Jeanne Candel et Florent Hubert s’emparent de l'un des plus vieux des opéras. L’Orfeo de Monteverdi est aujourd’hui le lieu de leur « artisanat furieux » au sein duquel toutes les strates du mythe comme de la partition sont repensées.

https://www.youtube.com/watch?v=1SoP1DvqOaQ

 

Orphée voit disparaître deux fois la femme qu'il aime. Une première fois mordue par un serpent, une seconde fois renvoyée à nouveau et définitivement dans les enfers par le regard de son amant. Orphée, par son chant, a le pouvoir d'enchanter les bêtes sauvages, d'amadouer les dieux, mais surtout de créer et de transformer les espaces, les lieux, les montagnes, les forêts dans notre imaginaire.

L’Orfeo est considéré comme le premier opéra. L’Orfeo est le lieu de notre « artisanat furieux », le grand fond sous-marin dans lequel nous plongeons. C'est une immersion dans différents langages qui racontent les étapes,les pauses, les paliers et les transformations intérieures d'Orphée. Nous cherchons à passer d'un monde à l'autre, à glisser du profane au sacré, à faire co-exister le bruit de la vie et la clarté de la mort, la puissance du mythe et la physicalité de la musique. Rien n'est sûr, tout peut se convertir en son contraire. Samuel Achache et Jeanne Candel

Orfeo / Je suis mort en Arcadie” : l'opéra de Monteverdi revisité en ...
www.telerama.fr/scenes/orfeo-je-suis-mort-en-arcadie,153373.php

1 févr. 2017 - Expert en détournement du répertoire lyrique, le duo de metteurs en scène s'attaque cette fois à l'un des tous premiers opéras de l'histoire.  

« Le duo de metteur(e)s en scène Jeanne Candel et Samuel Achache [...] mène vaillammentjusqu'au bout ce premier "opéra" (ou presque) de l'histoire de la musique, [...] quitte à le truffer de jazz et de fanfares cuivrées, à le faire dérailler dans la farce, le numéro d'acteurs ou la déraison clownesque. » Télérama



Représentations:
  • Théâtre sortieOuest - jeudi 18 janvier 2018 à 19:00 - 17€/13€/11€/6€ Acheter en ligne
  • Théâtre sortieOuest - vendredi 19 janvier 2018 à 21:00 - 17€/13€/11€/6€ Acheter en ligne