LE VIN BOURRU

image 6d327b14fc31118b75fc22d106c97e52705f1f0a.jpg
DR

 
Saison : saison 2016-2017
Catégorie : Théâtre
Metteur en scène : Gilles Buonomo/ Gregory Nardella
Auteur : Jean Claude Carriere
Durée : 1h

D'après Jean-Claude Carrière
Adaptation et jeu Gilles Buonomo
Direction d’acteur Gregory Nardella
Collaboration artistique Fabienne Suwala

Production Cie Itinéraire Bis

Théâtre
LE VIN BOURRU

Vendredi 27 janvier/ 20h30 au Foyer rural, Mèze
Vendredi 3 février  / 19h Salle polyvalente, Quarante
Samedi 4 février / 21h  Chapelle des Pénitents, Saint-Pons de Thomières

 

« C’est parce que mon enfance est semblable à beaucoup d’autres que je vous la raconte », dit Jean-Claude Carrière. « C’était mieux avant » ? La réponse n’est pas donnée mais le texte fait des allers-retours entre présent et passé, entre monde paysan et monde des lettres. L’homme regarde l’enfant et l’enfant se demande quel homme il sera. Son enfance, entre 1931, date de sa naissance à Colombières-sur-Orb, et 1945, est peut être comme les autres mais son regard est si singulier qu’il nous touche.

 « ... car né dans une culture, j’ai vécu dans une autre. De là mille questions sur ce qui nous fait et nous défait. Sur ce que nous avons perdu, gagné, sur ce qui nous reste... » Jean-Claude Carrière

Lorsque l’on choisit d’adapter un roman au théâtre, c’est souvent pour des raisons personnelles précises. La raison la plus élémentaire ou première serait de dire tout simplement « cela me plait, voilà tout » Pour le reste, c’est une affaire de théâtre, de mise en voix. Le spectacle est déjà là, il reste à le produire à le mettre en jeu. Or, il n’en est rien ; au début, on en sait rien ou si peu. Mais le reste est présent sur votre bureau, il vous parle, vous interroge au cours du travail, vous propose des va et vient incessants entre votre propre perception et celle de l’autre.

Le texte de Jean-Claude Carrière couvre une période de sa vie, celle de son enfance. Il nous interroge sur ce qui nous défait, sur ce que nous avons perdu , gagné, sué, ce qui nous reste. C’est peut-être ce qui me plaît le plus dans ce texte. Cet aller et retour permanent entre hier et aujourd’hui. Était - ce mieux avant ? Je n’en ai pas l’assurance, ni même la certitude.
Nos grands-parents n’ont jamais regretté la lampe huile !
En ce qui me concerne, je suis loin de ces images rurales du temps jadis, de ces rythmes de vie si particuliers qui construisaient le quotidien. Mais aujourd’hui je me questionne sur ce qu’est devenu notre quotidien, ou plutôt comment devons nous construire avec lui dans un monde où tout se précipite et où l’arrêt sur l’image est souvent synonyme d’angoisse.
Le « Vin bourru » au contraire propose de se poser, de prendre le temps pour chaque chose et même si en ce temps-là, jadis, il y avait mille choses à faire. On savait pourquoi on les faisait, il y avait une sorte d’évidence, une loi naturelle que l’on pouvait suivre ou laisser de côté plus tard, en grandissant. Les autres, la nature, la famille vous servent de guide.
Vous n’êtes jamais seul... Peut-être qu’en ce temps-là, le sentiment de solitude n’existait pas. Jean-Claude Carrière nous offre un conte comme il sait le faire et propose une lecture à haute voix de son enfance.
Représentations:
  • Mèze, Foyer Municipal - vendredi 27 janvier 2017 à 20:30 - 10/6€ Acheter en ligne
  • Quarante, salle polyvalente - vendredi 03 février 2017 à 19:00 - 10/6€ Acheter en ligne
  • Chapelle des Penitents, Saint-Pons de Thomières - samedi 04 février 2017 à 21:00 - 10/6€ Acheter en ligne