POISON

image 642cb8b4be3138a41816d9568c505a18b61d6c48.jpg
Marie Clauzade

 
Saison : saison 2016-2017
Catégorie : Théâtre
Metteur en scène : Dag Jeanneret
Auteur : Lot Vekemans
Durée : 1h15

De Lot Vekemans

Traduit du néerlandais par Alain van Crugten
Avec le soutien de la Maison Antoine Vitez, Centre International de la Traduction théâtrale

Le texte est édité aux Editions Espaces 34

Mise en scène Dag Jeanneret

avec
Christophe Reymond et Sophie Rodrigues

Scénographie Cécile Marc

Lumières Christian Pinaud/ Régie générale Christophe Robin

Cie In situ

 

 

Théâtre

POISON
Mercredi 1er mars / 19h
Jeudi 2 mars / 19h
Vendredi 3 mars / 21h

1h15

 

Avec enthousiasme Dag Jeanneret s’attaque à Lot Vekemans, auteure néerlandaise encore peu jouée en France. La même «  liberté formelle que chez  Ibsen ou Strindberg. »

La perte d’un enfant a séparé un couple et ils se retrouvent au cimetière, longtemps après. Loin en eux-mêmes, ils libèrent d’anciens non-dits. Avec Sophie Rodrigues et Christophe Reymond, interprètes rares, c’est de la dentelle.

 

A propos de Poison

 « Il faut vivre… un peu de temps encore, et nous saurons pourquoi cette vie, pourquoi ces souffrances… »
Olga, dernière réplique des Trois sœurs de Tchekhov                                             

Il y a des œuvres qui, par leur puissance d’évocation, leur liberté formelle, leur profonde inscription dans  l’époque et en même temps leur capacité à continuer à parler du monde quelques siècles  ou quelques décennies après le temps de l’écriture, nous font rêver et nous tirent l’oreille. En vrac et me concernant, L’Orestie, les Œdipe, Le Roi Lear, Nathan le Sage, Le Misanthrope, et plus près de nous les pièces de jeunesse de Brecht, Tête d’Or, Victor ou  les enfants au pouvoir, Le Retour au désert, les pièces de Pasolini, celles de Gabilly, Le Pays lointain de Lagarce.

Et puis  il y a d’autres œuvres, toutes aussi importantes et fondatrices mais moins détonantes quant à leur forme. Tout au moins aujourd’hui. Des œuvres du 19e siècle ou du tout début du 20e, Ibsen, Strindberg, Tchekhov pour ne parler que des plus grands. C’est je crois de cette illustre lignée que vient Lot Vekemans, auteure néerlandaise encore très peu jouée en France.

Poison parle magnifiquement du monde, des gens, de nous, de nos petits bonheurs, de nos profondes difficultés à exister, du travail acharné sur la résilience, du «métier de vivre » comme disait Cesare Pavese. Dag Jeanneret

 

"Subtile, bergmanienne, la mise en scène de Dag Jeanneret agit à un niveau quasi physiologique. Elle donne à ressentir la difficulté absolue de la résilience, et nonobstant, sa nécessité, et au-delà suggère l’abyssal vertige métaphysique que constitue la pire des pertes qu’un être humain puisse affronter. Sans pour autant exclure toute forme de légèreté. Et son remarquable duo de comédiens, Sophie Rodrigues et Christophe Reymond, corps et timbres équitablement mélodieux, fragile pour l’une, doux pour l’autre, d’ajouter leur petite musique personnelle à cette juste et bouleversante sonate de printemps." Jeremy Bernede, Midi Libre

 

DANS LA PRESSE

ZIBELINE
Spectacle galvanisant vu au Printemps de Comédiens

Anna Zismana publié le vendredi 24 juin 2016

un texte sobre de l’auteure hollandaise Lot Vekemans nous emmène dans une parenthèse temporelle qui emporte par la justesse des mots, des (re)sentiments, et dégage une vitalité qui nous attrape presque par surprise. Les deux acteurs, Sophie Rodrigues et Christophe Reymond inventent un jeu retenu qui laisse toute sa place à la vie qui s’écoule, malgré tout. Dag Jeanneret,... Lire l'article (site externe)...

ARTVUES
Du théâtre essentiel
Marie-Christine Harant publié le lundi 20 juin 2016
Un texte difficile et douloureux. Un homme et une femme se retrouvent cinq années après la mort accidentelle de leur enfant. Ce drame a provoqué la rupture du couple. La pièce pointe la façon différente dont réagissent deux personnes devant un évènement tragique qui les frappent dans leur chair.... Lire la critique

LA GRANDE PARADE

Une mise en scène intimiste pertinente sur la résilience
Julie Cadilhac publié le mercredi 15 juin 2016

Une salle d'attente impersonnelle pour un rendez-vous éprouvant. Un homme, une femme. Un passé. Ils se sont aimés, ont eu un fils, Jacob, fauché par un camion et enseveli non loin de là. Lui est pa...... Lire l'article (site externe)...

L'HUMANITÉ

Ce Printemps-là fait bien des étincelles
Marie José Sirach publié le lundi 13 juin 2016

Un face-à-face terrible, prégnant et poignant, entre un couple séparé après la mort de son enfant. Un théâtre sans effets de manches, centré sur les mots échangés, avec force et douceur, qui dit la douleur, la folie, la vie. Sophie Rodrigues et Christophe Reymond s’aiment et se déchirent dans une économie de gestes qui rend plus perceptibles les non-dits enfouis, s’affrontent, se querellent, rient, tanguent dans ce pas de deux vertigineux.... Lire la critique

OLE!

Comment peut-on vivre quand son enfant est mort ?
publié le mercredi 03 décembre 2014

Le côté fascinant de cette pièce de théâtre c’est d’avoir le mérite, assez rare, de réunir autant de talents. Le texte d’abord, écrit par un auteur hollandais, Lot Wekemans, qui a été distingué par le prix néerlandais de l’écriture théâtrale. La mise en scène, la scénographie et la lumière – signées respectivement par Dag Jeanneret, Cécile Marc et Christian Pinaud – qui sont profondément liées, interpénétrées et contribuent à créer une atmosphère... Lire l'article (site externe)...

 

LE VENT SE LEVE

Une région nouvelle de la langue théâtrale
JMDH publié le mardi 18 novembre 2014

Dag Jeanneret met en scène un texte contemporain de Lot Vekemans. Il est question d’un moment clé dans la vie d’un couple d’aujourd’hui. Un homme et une femme qui ne se sont pas vus depuis plusieurs années semblent se rencontrer fortuitement. Ils échangent des mots, apparemment anodins, dans un lieu qui s’avère être le bâtiment d’accueil d’un cimetière.... Lire l'article (site externe)...
 
 

 

APARTÉ
Avec l’IRCL
Vendredi 3 mars à 19h – entrée libre

LE MISANTHROPE TRAVERSE LA MANCHE (XVIIe et XVIIIe siècles)
par Bénédicte Louvat-Molozay, Florence March et Franck Salaün

 

AVANT SCENE DU CONSERVATOIRE BEZIERS MEDITERRANEE
ENTRE VIENNE ET PARIS BELLE EPOQUE
Jean-Christophe Castille, violonEva Beauné, Alto
Marion Picot, violoncelleCarole Dubois, Piano
Vendredi 3 mars à 19h, Eglise Saint-Félix de Bayssan 

Attention ! CONCERT REPORTÉ ! 



Représentations:
  • Théâtre sortieOuest - mercredi 01 mars 2017 à 19:00 - 17€/13€/11€ Acheter en ligne
  • Théâtre sortieOuest - jeudi 02 mars 2017 à 19:00 - 17€/13€/11€ Acheter en ligne
  • Théâtre sortieOuest - vendredi 03 mars 2017 à 21:00 - 17€/13€/11€ Acheter en ligne