EDITOS

A l’heure où les politiques culturelles des Départements sont en pleine mutation, voire en baisse, je tiens à réaffirmer la volonté du Département de favoriser l’accès à la culture au plus grand nombre, et sur tout notre territoire. En créant l’établissement public Hérault Culture, le Département fédère ainsi tous ses partenaires culturels pour diffuser l’art vivant dans chaque ville et faire rayonner à l’unisson l’Hérault au-delà de ses frontières. Je tiens ainsi à rendre hommage aux fructueux partenariats que le Département entretient avec les théâtres et scènes très dynamiques dont la qualité et l’ouverture dans leur programmation sur le monde sont remarquables. Je souhaite que ces partenariats permettent de poursuivre et renforcer les actions culturelles qui nous tiennent tant à cœur, avec toujours une dimension artistique et humaine basée sur le partage et la convivialité.  Ici dans le Biterrois, notamment, la collaboration entre le théâtre sortieOuest, la Cigalière à Sérignan et bien d’autres scènes est ancrée dans l’histoire et reste le gage d’un engagement dans une programmation exigeante. Cette année, c’est encore un programme ambitieux que vous propose le Théâtre sortieOuest. Cette nouvelle édition fait toujours la part belle à la musique, classique et jazz, à la chanson française, et au théâtre dans toutes ses dimensions. Rendez-vous donc avec Hérault Culture  dans le parc enchanteur du Domaine de Bayssan et dans les communes alentours pour vibrer en émotions et rencontres!
 
KLÉBER MESQUIDA
Président du Conseil départemental, Président de l’EPIC Hérault Culture

« Tuer le temps », cette expression « horrible» pour le Grand Federico Garcia Lorca, nous ne l’aimons pas non plus. Ce n’est pas la passivité ou l’absence à vous-mêmes que nous proposons à sortieOuest.
Inventions échafaudées ou témoignages, immersions, regards croisés  ou kaléidoscopiques, dialogues féconds, curiosités, audaces, découvertes, rencontres d’enthousiasmes, croisements inattendus de générations et de paysages, glissements de temps, tels sont les chemins que nous empruntons.
Partager une émotion artistique rare, ce n’est pas de la pure consommation. Ce sont d’autres alchimies qui s’opèrent, plus subtiles mais surtout plus fortes, plus authentiques. Nous ne cherchons ni à endormir ni à caresser dans le sens du poil, encore moins à ramollir l’esprit.  L’émotion, c’est toujours très facile, ce qui compte c’est la qualité de cette émotion, sa saveur, ses enjeux, les ramifications des voix qu’elle ouvre.
Le théâtre d’art, la création, c’est ce que l’on n’attend pas, ce qui n’est pas prévisible. Si l’art ne peut surprendre, à quoi bon ? Ce n’est ni une habitude, ni un apéritif. Et puis, gentil ou méchant, ce n’est pas le problème, on peut avoir du mordant sans détester l’humanité. Il n’y a rien de pire que le lénifiant, ce qui ne « dérange » pas et qui rabaisse l’art comme ses spectateurs.
L’art que nous aimons est exigence en partage, pour un voyage, une aventure. Il ne restitue pas, il interprète, change les points de vue et les perspectives, transcende, révèle.
C’est un temps qui se savoure et, avec bonheur, tout cela nous réveille en nous remuant. S’amuser ensemble au jeu de l’esprit et du corps, « cette expérience unique qu’est l’art vivant : c’est pour cela que nous ouvrons nos portes et nos cœurs ».

JEAN VARELA
Directeur artistique